Face au traumatisme de l'avortement, accompagner les mères et éduquer les jeunes

Écrit par Webmaster AFC38 le .

Président du groupe de travail mis en place par les évêques sur l’avortement, l’évêque de Grenoble déclare dans La Croix :

K"Pour les évêques, l’avortement constitue un sujet douloureux, car ce phénomène révèle une blessure sociale, qui recouvre de nombreuses souffrances. Nous ne savions pas trop comment aborder le sujet sans délivrer uniquement un discours de condamnation. S’il est clair que l’Église catholique est opposée à l’avortement, il s’agit de porter un regard objectif sur la situation, tout en donnant une parole d’espérance et d’encouragement aux personnes en détresse. [...]

 

Quel est l’objectif de votre groupe de travail ?

Il s’agit de prendre, entre évêques, les moyens d’une vraie réflexion qui puisse éclairer nos actions pastorales [...] nous devons réfléchir à la manière dont nous accompagnons les femmes vivant le traumatisme de l’avortement, comment nous éduquons aussi les jeunes à la beauté de l’amour humain et à son respect.

Dans le rapport qu’il a remis hier à la ministre des droits des femmes, le Haut Conseil à l’égalité insiste sur le fait que l’avortement est un droit, dont l’État doit assurer le respect. Comment réagissez-vous ?

En quelques années, nous sommes passés de la dépénalisation à l’affirmation d’un droit. Or, je ne suis pas sûr que les femmes qui avortent et le vivent toujours dans la douleur le perçoivent d’abord comme un droit. Proclamer le droit à l’avortement, c’est défendre une vision erronée de l’amour humain, une conception schizophrénique du corps qui dissocie sexualité et fécondité.

[...] La seule condamnation ne suffit pas, nous devons être présents aux personnes en souffrance et porter un message d’espérance. D’autant que l’Église ne juge pas les femmes qui avortent. Pour être fidèle à une démarche chrétienne, elle doit être attentive à la détresse de celles qui sont poussées à ce choix, réfléchir à l’aide et à l’écoute qu’elle leur propose."

Le combat pour la vie est en effet un combat total : il faut condamner l'avortement, aider les mères, éduquer les jeunes... Cela passe nécessairement par le soutien aux structures pro-vie, souvent animées par des bénévoles, des mères aux foyer. A ce titre, la participation à la marche pour la vie, chaque année, est importante, car, au-delà de la dénonciation du crime de l'avortement, cette manifestation permet de remobiliser les associations pro-vie qui se sentent parfois trop seules.

La prochaine manifestation aura lieu le 19 janvier 2014.

UA-29276-4818